Présentation sur « Les jeunes femmes, les hommes plus aisés et la propagation du HIV ».

Mise à jour du projet

 Précédent

Présentation sur « Les jeunes femmes, les hommes plus aisés et la propagation du HIV ».

L’Institut de Recherche des Politiques Alimentaires Internationales a accueilli le 5 avril 2007 l’Economiste Senior, Mme Katleen Beegle de la Banque Mondiale pour une présentation intitulée « Les jeunes femmes, les hommes plus aisés et la propagation du HIV».
L’Institut de Recherche des Politiques Alimentaires Internationales a accueilli le 5 avril 2007 l’Economiste Senior, Mme Katleen Beegle de la Banque Mondiale pour une présentation intitulée « Les jeunes femmes, les hommes plus aisés et la propagation du HIV ». Il s’agit d’un projet qu’elle effectue en collaboration avec M. Berk Ozler pour la Banque Mondiale et qui vise à examiner la relation entre les inégalités de genre et le statut des personnes atteintes du HIV au Kenya. Mme Beegle a indiqué que leur recherche n’a pas observé d’effets directs entre le statut des personnes atteintes du HIV et la pauvreté. Cependant, les chercheurs ont trouvé que les inégalités de genre présentes au niveau des communautés ont des conséquences directes sur la possibilité de contracter le HIV.Les chercheurs ont étudié un groupe de jeunes filles âgées de 15 à 24 ans, et d’hommes âgés de 20 à 39 ans. Ces deux groupes ont été sélectionnés car la recherche a démontré que les inégalités de genre entre ces deux groupes est plus grande que pour n’importe quel autre groupe. De plus, les femmes de ce groupe d’âge sont souvent plus vulnérables aux aspects négatifs des inégalités de genre. Les conclusions préliminaires indiquent notamment que :- Il existe un plus haut taux de femmes atteintes du HIV dans les communautés où les inégalités de genre sont plus grandes ;- Les hommes plus aisés, et qui possèdent plus de biens, ont souvent de multiples partenaires ;- Les communautés avec une plus grande inégalité de genre ont un plus grand nombre de mariages inégaux.Il est probable que ces facteurs soient déterminants du plus haut taux de femmes contaminées par le HIV dans ces communautés.Malgré le fait que cette recherche soit un travail en progrès et nécessite de plus ample collecte de données et d’analyse empirique, elle souligne le rôle crucial joué par les inégalités de genre dans la contamination des jeunes femmes au Kenya par le HIV. La question de l’inégalité de multiples conséquences, que ce soit dans la vie quotidienne du foyer jusqu’à la question de la représentation des femmes en politique.De nombreuses études soulignent l’importance de l’égalité de genre dans l’éducation, les soins de santé, le monde du travail pour le développement et la stabilité de n’importe quel pays ou région. Par conséquent, il en va de l’intérêt des gouvernements à promouvoir des politiques intégrant la dimension de genre, de proposer des budgets sexo-spécifique, d’adopter des lois prenant en compte la dimension de genre et d’assurer l’égalité des genres à travers les mécanismes d’exécution des lois.Promouvoir la participation et la représentation des femmes dans les processus de décision et dans les politiques est un pas crucial pour assurer l’égalité des genres. Souvent, les femmes sont mieux équipées et sont plus réceptives à la mise en place de politiques sensibles aux questions de genre. L’ancien Secrétaire –Général des Nations Unies, Kofi Anna, déclarait « Le rôle des femmes dans le processus de décision est central à l’avancement des femmes à travers le monde et pour le progrès de l’humanité entière ». La représentation égale des femmes dans les structures importantes de prise de décision pourra leur permettre de faire face de manière efficace aux défis les affectant.

Informations: 
Région: