Les femmes en politique et les médias

Discussions en ligne

 Précédent

Les femmes en politique et les médias

iKNOW Politics

Contexte

«La presse a été aussi aimable qu’elle savait l'être. Elle voulait bien faire et elle a tout fait pour nous, suivant la manière qu’elle connaissait. Nous ne pouvions pas lui demander de faire plus que ce qu'elle savait." [Rires] - Susan B. Anthony, 1893

Susan B. Anthony connaissait bien les manières de la presse. Les journalistes ridiculisaient sans relâche, le mouvement en faveur du suffrage féminin [1]. Si nous avançons rapidement jusqu'à plus d'un siècle plus tard, nous observons que les femmes en politique sont toujours confrontées à un traitement médiatique biaisé, sexiste et discriminatoire. Les recherches menées au cours des dernières décennies révèlent que les femmes en politique continuent d'être désavantagées en matière de couverture médiatique.

Lorsque les journalistes couvrent les femmes en politique, ils/elles utilisent souvent des termes qui mettent l'accent sur les rôles traditionnels attribués aux femmes et se concentrent sur leur apparence. Ils/Elles perpétuent les stéréotypes liés aux femmes politiques les montrant faibles, indécises et émotives. Ils/Elles tiennent parfois même les femmes politiques pour responsables des actions d’autrui, comme par exemple, leurs enfants ou leurs maris, et n’appliquent que rarement les mêmes traitements aux hommes politiques [2].

Une étude de l'Union interparlementaire sur la violence à l'égard des femmes parlementaires rapporte que les médias peuvent perpétuer des rumeurs et des comportements misogynes. L’étude de l’enquête a révélé que 27,3 % des femmes parlementaires participantes avaient déclaré que les médias traditionnels avaient partagé des images ou commentaires, très méprisants ou à connotation sexuelle, à leur sujet. Le pourcentage est passé à 41,8% lorsqu'elles ont été interrogés sur des images ou commentaires diffusés via les réseaux sociaux.

À l'échelle mondiale, les femmes en politique, et en particulier, les femmes de couleur, sont victimes d’une quantité accablante d'abus et de campagnes de désinformation sexistes, souvent alimentés et perpétués par les médias traditionnels et les réseaux sociaux. Des études ont mis en exergue que souvent, les femmes sont découragées et dissuadées de s'impliquer en politique en raison de reportages sexistes dans les médias, dont le but est de discréditer, délégitimer et réduire au silence les femmes en politique.

En effet, la couverture médiatique sexiste contribue à la sous-représentation des femmes en politique [3]. Une étude mondiale a révélé que, bien qu’en général la position des femmes se soit améliorée, les progrès en ce qui concerne leur représentation médiatique et politique sont plus lents. Par ailleurs, l’étude concluait que plus il y avait de sexisme dans les médias, moins il y avait de femmes candidates [4]. Les médias ont une forte influence sur les électeurs et électrices et les différences liées aux genres dans la couverture médiatique peuvent avoir d’importantes conséquences électorales. Non seulement ils dissuadent les femmes, et en particulier, les jeunes femmes, de s'engager en politique, mais aussi, ils découragent les partis politiques et les élites politiques de désigner des femmes [5].

Objectif

Cette discussion en ligne vise à sensibiliser et à recueillir des expériences et des connaissances sur les différences liées aux genres dans la couverture médiatique politique, leur impact sur la participation et la représentation politiques des femmes, ainsi qu'à rassembler des bonnes pratiques et recommandations sur les moyens de contrer l'impact négatif de l'image des femmes en politique dans les médias, au travers d’une couverture juste et impartiale.

Les journalistes, les producteurs et productrices, les éditeurs et éditrices, les institutions liées au suivi des médias, les organes de gestion électorale, les femmes et les hommes en politique, les dirigeant.e.s et membres des partis politiques, les militant.e.s de la société civile et des droits des femmes, les praticien.ne.s et les chercheur.se.s sont invités à rejoindre cette discussion en ligne, du 07 au 30 septembre 2022, en répondant aux questions ci-dessous. Les contributions serviront à l'élaboration d'un rapport qui enrichira la base de connaissances disponible sur le sujet.

Questions

  1. Considérez-vous que les femmes politiques sont moins visibles ou traitées différemment des hommes dans la couverture médiatique de l'actualité politique de votre pays? Veuillez apporter des données, si disponibles.

  2. Que peuvent faire les législateurs et législatrices, les gouvernements et la société civile pour s’assurer que les médias et les journalistes offrent une couverture médiatique juste et équilibrée des femmes et des hommes dans la vie publique?

  3. En raison d’une couverture médiatique sexiste diffusée au travers des réseaux sociaux, , les femmes en politique se voient exposées à des attaques et des abus en ligne vicieux, perpétués par des auteur.e.s qui demeurent souvent anonymes. Que peuvent faire les entreprises de réseaux sociaux, les médias, les gouvernements, les législateurs et législatrices et les autres décideur.se.s pour mettre fin à la crise de la violence en ligne à l’égard des femmes en politique?

Pour contribuer

  • Utilisez la section de commentaires ci-dessous ou;

  • Envoyez votre contribution à connect@iknowpolitics.org afin que nous puissions la publier en votre nom.

________________________

Notas:

[1] Braden M., Women Politicians and the Media, University Press of Kentucky, 1996.

[2] Ibid.

[3] Aaldering L., Van Der Pas D. J., Political leadership in the media: Gender bias in leader stereotypes during campaign and routine times. British Journal of Political Science 50: 911–31, 2018.[4] Haraldsson A., Wängnerud L., The effect of media sexism on women’s political ambition: Evidence from a worldwide study, Feminist Media Studies 19: 525–41, 2019.

[5] Van der Pas D. J., Aaldering L., Gender Differences in Political Media Coverage: A Meta-Analysis, Journal of Communication, Volume 70, Issue 1, 2020, 114-143, [En ligne] doi.org/10.1093/joc/jqz046, mis en ligne en 2020.

Il y a 2 commentaires dans cette langue, Autres commentaires sont disponibles en différentes langues.

Utilisez ci-dessous option pour poster un commentaire en utilisant le compte social

Portrait de Editor

Contribution de Claudine Cordani, journaliste et directrice de la publication "Les cents plumes"

1. Considérez-vous que les femmes politiques sont moins visibles ou traitées différemment des hommes dans la couverture médiatique de l'actualité politique de votre pays ? Veuillez apporter des données, si disponibles.

Oui, absolument : les femmes politiques sont, comme les autres femmes, invisibilisées et traitées différemment des hommes dans tous les secteurs et dans tous les pays. C'est un problème mondial. C'est encore plus vrai, bien sûr, lorsqu'elles jouent un rôle important dans la prise de décision, la prise de parole et lorsqu'elles émettent des propositions d'évolution sociétale qui vont à l'encontre du modèle patriarcal. En France, les femmes politiques sont régulièrement raillées, moquées et dénigrées. Bien plus que les hommes, qui entretiennent un pré carré en se serrant les coudes pour leur faire barrage.

2. Que peuvent faire les législateurs et législatrices, les gouvernements et la société civile pour s'assurer que les médias et les journalistes offrent une couverture médiatique juste et équilibrée des femmes et des hommes dans la vie publique?

Commencer par les nommer en premier dans leurs intentions. D'ailleurs, vous auriez pu mettre dans l'ordre : légistratrices ET législateurs. C'est aussi comme cela qu'on indique une réhabilitation sociétale : de façon réthorique pour imprégner les esprits. Plus concrètement, il reste difficile aujourd'hui en France, d'espérer une couverture médiatique juste et équilibrée lorsqu'on sait qui détient la majorité des groupes de presse française. Le métier de journaliste s'est appauvri en France, et la qualité de l'information est en danger car trop sélective, trop patriarcale. Pour info, je lance avec une consœur, Maud Le Rest, un mensuel (numérique) écoféministe, éphémère ET gratuit dans huit jours, le 16 septembre. Il est inédit dans son format et dans son contenu. Merci d'être attentives et attentifs au lancement des Cent Plumes (sur Twitter @LesCentPlumes).

3. En raison d'une couverture médiatique sexiste diffusée au travers des réseaux sociaux, les femmes en politique se voient exposées à des attaques et des abus en ligne vicieux, perpétués par des auteur.e.s qui demeurent souvent anonymes. Que peuvent faire les entreprises de réseaux sociaux, les médias, les gouvernements, les législateurs et législatrices et les autres décideuses et décideurs pour mettre fin à la crise de la violence en ligne à l'égard des femmes en politique?

Je pense qu'il est impératif d'élargir le prisme des femmes en politique car il en existe de plusieurs types. Celles qui font de la politique comme métier, les activistes, les lanceuses d'alerte, les femmes journalistes, etc. Je pense qu'il est urgent de renforcer les systèmes de modération sur les RS pour pouvoir les protéger davantage. Les avancées technologiques de l'intelligence artificielle le permettent. Réunir les pôles de modération pour les faire travailler sur le sujet ? Je n'ai malheureusement pas plus de temps à consacrer à ce questionnaire car je suis en bouclage. Merci de m'avoir sollicitée !

Portrait de Editor

Contribution publié au nom de Mme Domani Doré, ex-ministre, députée et porte parole du parti RPG Arc-En-Ciel et fondatrice de DOM Success Academy, Guinée

  1. Considérez-vous que les femmes politiques sont moins visibles ou traitées différemment des hommes dans la couverture médiatique de l'actualité politique de votre pays? Veuillez apporter des données, si disponibles.

Les femmes politiques sont moins visibles dans les médias car la plupart n'occupent pas des positions qui leur offrent la légitimité de faire écho des opinions de leurs partis politiques et même là, elles ne sont pas suffisamment outillées pour y parvenir. La problématique de moins de femmes politiques dans les médias reposent également sur le manque de confiance en soi et l'audace de prendre la parole en public. Ce que nous tentons de résoudre à travers le @forumfemmesetpo ou @Dom_success. Au delà de s'en plaindre, l'avènement des réseaux sociaux pour les femmes politiques, est un puissant moyen de faire écho de nos idées avec ou sans les médias qui ont le pouvoir de décider à qui donner la parole ou pas.
2. Que peuvent faire les législateurs et législatrices, les gouvernements et la société civile pour s’assurer que les médias et les journalistes offrent une couverture médiatique juste et équilibrée des femmes et des hommes dans la vie publique?
La problématique n'est pas à mon sens une couverture juste, mais que les bénéficiaires/ femmes, sortent des émissions exclusivement dédiées aux questions du genre pour s'aventurer dans des débats qui touchent à leur domaine d'expertise ou de connaissances. Il est plus que temps qu'on invite et outille les femmes à la prise de parole en public. Mais surtout à leur faire prendre conscience de la nécessité de faire écho de leurs opinions. On ne peut offrir ce que très peu saississent pour des raisons diverses.