France Denz

Entretiens

 Précédent
novembre 4, 2013

France Denz

éducateur d'adulte exceptionnel et membre de l'Ordre du Mérite de Nouvelle-Zélande pour les services aux entreprises

Frances Denz a une longue histoire de collaboration avec les personnes défavorisées. En 2013, elle a été nommée Membre de l'Ordre du Mérite de Nouvelle-Zélande par la reine Elizabeth pour les services aux entreprises, et dans la même année a été décerné le prestigieux prix d'excellence en enseignement tertiaire par le ministre de l'enseignement supérieur. 

En 1972, mon monde s'est écroulé. Mon mari m'a quitté, j'ai eu le cancer, j’étais incapable de travailler et le gouvernement avait pris nos terres à des fins militaires. Dans le droit, les femmes étaient encore comme des meubles, appartenant à leur mari et il n'y avait aucun avantage pour les femmes mariées. J'étais démunis dans les rues de Wellington - notre capitale. J'avais trop honte de dire à ma famille que mon mari m'avait quitté pour une autre femme. Des personnes inconnus m'ont aidé et m'ont donné un abri et un peu de nourriture alors que je faisais des traitements de radiothérapie pour le cancer. Pendant ma récupération, j'ai décidé d'arrêter d'être une victime. J’ai marché les cinq miles jusqu’au Parlement, et je me suis dirigé vers le bureau du Premier ministre (vous pourriez en ces jours) à exiger de l'aide. Le Premier ministre m'a donné de la nourriture, a écouté mon histoire et a sonné le ministère du Travail et leur a demandé de me donner des bénéfices. Je suis devenue la première femme mariée en Nouvelle-Zélande à recevoir le soutien de l'Etat. Mais plus important encore, cela m'a appris que d’aller tout de suite au niveau plus haut était un moyen très rapide pour résoudre un problème. 

Pendant que je refaisais ma vie en créant des entreprises, j'ai décidé de m'impliquer dans la politique. Je suis allée à ma première réunion locale du parti travailliste, trouvant une salle remplie d'hommes. Ils m’ont demandé ce que je voulais, et quand j’ai balbutié que je voulais rejoindre le parti, ils m'ont alors envoyé vers la cuisine pour faire leur thé. Je suis toute de suite sortie par la porte arrière. Dix ans plus tard, j'ai réessayé. Les choses avaient changé. Helen Clark (plus tard notre premier ministre, aujourd'hui à la tête du PNUD) avait fait partie d’un groupe qui développait une stratégie pour les femmes dans le Parti, ce qui m'a donné du courage. Le branche locale du parti, toujours que des hommes membres, avait été chargé par les fonctionnaires du Parti de nommer une femme officier de bureau. Comme j'étais la seule femme là-bas, j'ai obtenu le poste. Le Parti a requis des propositions de loi centrés sur les femmes pour la Conférence des femmes et de nouveau, parce que j'étais là, on m'a demandé de les faire. J'ai préparé cinq propositions, je les ai présentés à la conférence et dans les six mois après l’élection du parti, ces propositions sont devenues loi. Je montais l’échelle de la hiérarchie du parti, ayant été finalement élue au Conseil des femmes. C'était une époque de grand changement économique et social. Je travaillais avec les femmes de ma communauté au début de la récession et elles avaient besoin de trouver du travail. J'ai organisé des colis alimentaires, des réseaux de refuges et pour les victimes de viol et j’ai formé des femmes plus âgées sur comment gérer leurs propres entreprises. Cela a bouleversé les hommes, et la rumeur a commencé que j'étais une «féministe», j'étais donc d'une sorcière. J'habitais seule à la campagne, mes fenêtres ont été brisées, et j'ai reçu du courrier haineux. La police n'a pas voulu aider. Enfin, par peur je suis retourné à Wellington. Mais j'ai appris cette année, d'un ministre de la Couronne, que mon travail avec les femmes à l'époque avait été noté et avait formé la base de grands changements politiques dans le système d'éducation.   

J'ai commencé à travailler dans l'unité de recherche parlementaire (non rémunéré) et j'ai appris ce que c’était vraiment le pouvoir. Ces leçons ont révélé inestimables. Plus tard, j'ai commencé à enseigner les chômeurs de longue durée comment créer des entreprises et, j’ai enfin spécialisé dans le travail avec les personnes handicapées en les aidant à créer de petites entreprises. Dans ces années 4000 de mes clients sont devenus des gens d'affaires prospères. J'ai créé deux fonds, l'un pour les femmes qui n'ont pas pu obtenir le capital dont elles ont besoin pour la création d'entreprises, ce qui est encore en existence après 21 ans, et l'autre pour les personnes handicapées dans le même but, qui existe toujours après 15 ans. Ces deux fonds ont été conçus pour être gérés par les collectivités locales avec le soutien du siège social. 

J'ai pris conscience que mon parti de choix créait une dépendance, ne laissant pas les gens libres. Avec tristesse, j'ai rejoint un autre Parti qui reconnaissait les problèmes, et fut bientôt élue à son conseil. De façon inattendue, j'ai aussi fait une grande contribution aux politiques de défense tout en étant au bon endroit au bon moment. 

Je suis maintenant chef d’entreprise. Mon entreprise, Stellaris, Ltd, est spécialisée dans la formation de chefs d'entreprise. J'étais fatigué d'être le sauveur, et je crois que nous avons besoin d'empêcher les gens de tomber en ayant d'excellentes entreprises et organisations en place. 

Pendant ma vie, les femmes sont passées d'être sans liberté et possédées par les hommes, à pouvoir être au sommet d’une entreprise et le monde politique. Nous avons juste à prendre les premiers pas, puis continuons. Je crois aussi qu’il ne faut pas être membres du Parlement pour faire des changements. Être impliqué activement dans les coulisses peut être aussi puissant, sinon plus que d'être en grand plan. Cela dépend de vous et de votre base de compétences. 

Allez-y!