Safia Sohail

Entretiens

 Précédent
février 22, 2013

Safia Sohail

Membre du Parlement Iraquien

"Mon message était que le nouvel Irak doit être construit sur la base de la participation égale des hommes et des femmes." - Safia Sohail

iKNOW Politics: S'il vous plaît, racontez-nous le début de votre carrière politique?

Bien que ça a été un choix personnel, mon père a joué un rôle à cet égard. Nous étions sept sœurs. Mon père était l'un des leaders de l'opposition irakienne et travaillait en politique depuis de nombreuses années. Il a ensuite déménagé à l'exil en Jordanie. Il a été assassiné en 1994 donc le début de ma carrière politique a été mon choix sans même avoir consulté ma famille.

J'ai commencé le travail bénévole comme un adolescent en Jordanie, à l'école puis à l'université - depuis que j'ai 13 ans. Bien que mon père fût un chef tribal irakien, il n'a jamais discriminé envers les femmes. Il tenait à ce que nous étions éduqués et il m'a encouragé à écrire dans les médias et participer à des discussions politiques, d'autant plus que notre maison en Jordanie était un lieu de rencontre pour l'opposition irakienne. Tout cela a aidé à former mon orientation politique. J'ai étudié l'administration publique et science politique.

J'ai continué à participer à des réunions politiques après son assassinat en 1994. Mes interventions ont toujours été centrées autour de l'importance de la vraie participation politique des femmes. Parfois, j'étais seule à ces réunions et j'ai toujours eu des opinions indépendantes. Mon message était que le nouvel Irak doit être construit sur la base de la participation égale des hommes et des femmes. Je suis retourné en Irak en 2003, où j'ai assisté à la première réunion des factions politiques irakiennes, qui comprenait l'opposition en Irak et à l'étranger. Mes interventions étaient à dire que les femmes irakiennes représentent 60% de la population et que, nous, les femmes, ne pourrons pas accepter rien de moins que d’être partenaires à part entière au cours de la période de transition et au-delà.

iKNOW Politics: Quels sont les défis que vous avez rencontrés en tant que femme dans une position de premier plan sur la scène politique au cours de ce dernière période en Irak?

Le défi le plus important que j'ai dû faire face était le système de quotas que les factions politiques irakiennes ont adoptées pour déterminer qui peut assumer des responsabilités dans différents postes ministériels et politiques dès les membres du parti et les personnes fidèles à la tête de la liste du parti ou associé directement avec eux.

Les gouvernements formés depuis 2003 sont tous basées sur des alliances entre les différents mouvements politiques qui ont réussi à acquérir des sièges au parlement. Ils ont tous rejoint le gouvernement, chacun selon son poids, et quand un gouvernement est formé selon un compromis politique, la composition du gouvernement dépend des choix faits par les différents partis politiques. Ces parties donnent la priorité à la direction du parti et depuis que ce leadership est assumé principalement par les hommes et aucune femme ne serait sur le dessus d'un parti ou d'une liste de coalition, alors les femmes ne sont pas nommés à des postes importants.

Plus d'une fois, j'ai été offert le poste de Ministre d'Etat pour les Affaires des Femmes, mais en tant que femme politique avec une longue expérience en politique, je sens que je peux participer au processus décisionnel et je suis en droit de supposer différents cabinets ministériels. Cela ne veut pas minimiser l'importance du ministère des Affaires des Femmes, mais je refuse l'enfermement des femmes à des postes et questions spécifiques. Une femme a droit à une position politique de son habilitation en tant que décideur. Il s'agit de protéger les droits des femmes et une déclaration que les femmes sont des véritables partenaires dans le processus politique.

iKNOW Politics: Selon vous, quels sont vos principales réalisations tout au long de votre carrière politique?

Au cours de ma carrière politique, j'ai traité de nombreux dossiers concernant les droits de l'homme - pour la plupart les droits des femmes - et j’ai concentré mes interventions au Parlement sur la question de la justice, en particulier pour les familles des victimes de la guerre et des martyrs. J'ai organisé la première conférence des femmes irakiennes en Irak après la chute du régime de Saddam. J'ai choisi "Les Voix Entendues des Femmes Irakiennes» comme un slogan inspiré par ma propre campagne, "Les Voix Inconnues des Femmes Irakiennes", pour la conférence. Le calendrier de la conférence était le plus important, tout comme les discussions qui ont eu lieu parmi les femmes activistes de différents gouvernorats au cours de la conférence. Elles ont discuté des droits constitutionnels, les droits juridiques, l'éducation, la santé et la culture. La conférence s'est tenue dans le bâtiment du parlement actuel dans le centre de conférence à Bagdad.

La conférence a adopté des recommandations spécifiques, comme la participation politique, les droits juridiques et constitutionnels et la nécessité d'une nouvelle législation ou des modifications à la législation existante. Discussion sur le système de quotas n'a pas été facile, mais un quota de 40% a finalement été convenu ainsi que la nécessité de mettre en place un Ministère de la Condition Féminine et d'un Conseil Suprême pour les Femmes - mais cette loi n'a pas été présentée au Parlement pour le moment. Ce qui a été présenté en 2011 est la proposition de transformer le Ministère d'Etat dans un Ministère avec des fonctions complètes.

iKNOW Politics: Pourquoi avez-vous évité de rejoindre des partis politiques?

La raison pour laquelle je ne suis pas une membre du groupe, c'est parce que, d'après mon expérience, il n'y a pas un parti libéral qu’embrasse véritablement la liberté de pensée. J'ai noué des alliances avec les  listes de l'année 2005. Je suis entré dans une alliance avec la liste Alawy Eyad. Puis, un an plus tard dans la vie parlementaire, j'avais l'impression que la tête du parti prenait des décisions sans consulter le reste de la liste donc je me suis retiré de la liste. Dès mon retour en Irak en 2003, j'ai également occupé un poste d'ambassadeur. Être indépendant est difficile, mais appartenant à un parti qui ne représente pas mes points de vue sur l'état civil est également difficile.

iKNOW Politics: Quels sont vos projets futurs?

J'ai l'intention de poursuivre les travaux sur les questions sociales et économiques des femmes, en particulier le trafic humain, veuves et divorcées ainsi que le soutien à la participation politique des femmes.

iKNOW Politics: Que pensez-vous de iKnow Politics?

Le réseau est utile dans la sensibilisation et la connexion internationale des femmes militantes. Je vais attirer l'attention des femmes activistes irakiens au réseau surtout depuis que la plate-forme offre un site arabe qui faciliterait la communication.

 

Région: