Sahar Qawasmy

Entretiens

 Précédent
juin 6, 2013

Sahar Qawasmy

Membre du Parlement, Palestine

iKNOW Politics: Comment avez-vous surmonter tous les obstacles qui ont été posées par les revendications religieuses ou culturelles?

Tout d'abord, je tiens à affirmer que l'engagement de la femme dans la vie politique et l'occupation des postes décisionnels, en particulier dans les sociétés qui n'ont connu que le patriarcat où seuls les hommes occupent les postes de prise de décision, est très difficile. Je suis une des personnes qui croient en la nécessité de remettre en cause ces normes. Depuis mon retour en 1994, j'ai toujours insisté, lors de conférences ou d'autres congrégations, que les places pour les hommes et les femmes ne soient pas séparés. Et alors je me suis toujours assis parmi les sièges réservés aux hommes à faire passer ce point et, finalement, les hommes se sont habitués à ma présence parmi eux et cette tradition a été plus soutenue.

J'ai également été très active politiquement. Je suis un membre du Fatah, j’ai occupé des postes très élevés et j’ai été la première femme à être élue secrétaire de la province où j'ai été élue par voix seulement des hommes.  Pour atteindre cela nécessite beaucoup d'efforts ainsi que d'autres facteurs de soutien tels que l'éducation, l'indépendance économique et le soutien de sa famille.

Travailler dans la sphère politique exige beaucoup de force et de volonté et que vous ne l’abandonnez jamais face à des obstacles ou permettez que des difficultés vous influencent ou vous forcent à abandonner votre position. Lorsque nous avons commencé à parler des problèmes des femmes, j'ai été confronté à une forte opposition, mais je n'ai pas abandonné. Au lieu de cela, j'étais claire et j’ai fait comprendre que la discrimination entre les hommes et les femmes ne fait pas partie d'une religion et ceux qui prétendent ainsi ont fondé leurs arguments sur une interprétation erronée de la doctrine religieuse.

Dans notre société, il est important de commencer par retirer la sainteté qui entoure les coutumes et traditions pour permettre aux gens de commencer un débat ouvert et éclairé sur la question. Il est très difficile d'y arriver, mais j'ai utilisé cette tactique dans plusieurs contextes avec succès. Je n’étais pas un manque de respect des opinions des autres, mais je suis resté fidèle à mes opinions et j'ai pu convaincre les gens.

J'ai commencé à travailler dans la politique depuis 2006, lorsque j'ai été élue au Parlement. J'ai été connue comme une personne forte qui refuse de compromettre ses causes, qui incluent l'avancement des droits des femmes. Je suis là chaque fois qu'il y a un besoin pour moi et ne reposent pas tant qu'il y a un travail à faire et il y a encore beaucoup de défis pour les femmes qui doivent être abordées. Il y a environ un mois, je sortais d'une conférence et une femme est venue vers moi et m'a dit "nous vous aimons. La ville entière vous aime ". Cela m'assure que je travaille dans la bonne direction en termes de résolution des problèmes des gens.

J'ai un bureau dans ce gouvernorat où il y a environ 750.000 citoyens et il n'y a qu'un seul autre bureau d'un de mes collègues dans cette zone. Problèmes communautaires ou individuels - et même ceux au niveau du gouvernorat - viens à moi et j'essaie de les résoudre. Je n'ai pas ignoré ou négligé aucun cas, même si ma réponse est négative. Je pense aussi que mon travail dans la société civile m'a aidé à répondre aux besoins de mes électeurs.

J'essaie d'appliquer toutes mes convictions dans ma maison. Dans ma famille, il n'y a aucune différence entre garçon et fille.

iKNOW Politics: A votre avis, quel a été l'impact du printemps arabe sur les femmes dans votre pays et dans la région dans son ensemble?

Ce qu'on appelle le «printemps arabe» est à mon avis une situation qui a dû se produire - et c'est un phénomène international pas seulement limitée à la région arabe. Je crois qu'il va s'étendre à tous les pays où la démocratie est compromise et les gens ont accès à des outils modernes de communication et de technologie de l'information. Nous sommes actuellement dans une phase de transition qui va se poursuivre pendant les 10 prochaines années jusqu'à ce que les pays deviennent des démocraties laïques. Je pense que ce sera le cas partout dans le monde et marquera le début d'un plus grand respect pour l'homme et les droits des femmes ainsi que l'idée de la diplomatie préventive et la dissolution des frontières suivant l’exemple de l'Union européenne.

iKNOW Politics: Comment la relation entre un député et ses électeurs peut être renforcée?

C'est une relation très important de maintenir et exige que le parlementaire reste en contact proche avec ses électeurs et soit conscient de leurs troubles. Elle exige également un engagement à des croyances qu'un parlementaire doit respecter et défendre ainsi que la capacité de traiter des questions en toute objectivité et sans aucune influence émotionnelle - tout en restant sensible à la détresse des citoyens. Pour les femmes parlementaires qui continuent à souffrir de l'idéologie patriarcale prévalent qui marginalise les femmes et éclipse leur réussite, c’est encore un défi pour se prouver. Je pense que dans ce contexte le système de quotas est un outil très important pour donner aux femmes la possibilité de participer et de se montrer, non seulement au Parlement, mais à travers tous les organes de décision, tels que la branche exécutive du gouvernement. Nous devons également changer la législation et garantir que les femmes ne soient pas discriminées.

iKNOW Politics: Quel est le rôle de la technologie de l'information pour soutenir la participation politique des femmes?

Technologies de l'information et les médias sociaux sont des canaux de communication très important pour tous les politiciens et sont devenus partie intégrante de la vie quotidienne de tous les citoyens. En ce qui concerne, les parlementaires et autres politiciens doivent utiliser ces canaux pour communiquer avec les électeurs ainsi que l'opposition. Bien qu'aucune politicien ne peut ignorer ces outils d'aujourd'hui, ils ne remplacent pas la nécessité d'une communication directe avec les citoyens. Les deux doivent être maintenus.

iKNOW Politics: Quels conseils donneriez-vous aux jeunes femmes qui souhaitent entrer dans la sphère politique?

Nous ne sommes pas à la recherche de l'existence sporadique de femmes en politique, mais souhaitons plutôt d'arriver à un endroit où la représentation des femmes en politique tient dûment compte de leurs rôles dans la société. Cela nécessite une forte volonté, la volonté politique et l'autonomisation des femmes, politiquement, économiquement et autrement pour que les femmes deviennent des partenaires efficaces dans la société.

Theme: