Citoyenneté et genre au Cameroun

Rédaction / Article d'opinion / Blog

 Précédent
décembre 5, 2018

Citoyenneté et genre au Cameroun

Source:

Questions à Rose Ndengue, politiste et historienne, docteure de l’université Paris Diderot. Elle est spécialiste de l’histoire des femmes dans la sphère publique au Cameroun. Elle a publié « Social Imaginaries in Tension? The Women of Cameroon’s Battle for Equal Rights under French Rule at the Turn of the 1940s–50s » et « Mobilisations féminines au Cameroun français dans les années 1940-1950 : l’ordre du genre et l’ordre colonial fissurés ».

Quelles sont les formes de mobilisations politiques des femmes depuis l’indépendance du Cameroun ?

Les mobilisations politiques des Camerounaises depuis l’indépendance perpétuent, dans une certaine mesures, les pratiques et stratégies déployées par leurs aînées, au tournant des années 1940-1950. Elles investissent les deux dimensions (institutionnelle et dissidente) de la citoyenneté. Elles participent aux institutions bien qu’y étant marginalisées, et se mobilisent également en dehors de celles-ci.

Elles militent dans les partis, sont présentes au parlement et participent au gouvernement, en nombre très limité certes. Du fait des obstacles qu’elles rencontrent pour accéder aux fonctions politiques, un grand nombre de Camerounaises a investi l’espace de la société civile, en y créant des organisations au sein desquelles, elles mènent des activités de lobbying en faveur d’une amélioration des conditions de vie des populations, et des femmes particulièrement.

Cliquez ici pour lire l’article publié par Libération le 2 septembre 2018.

Région: 
Focus areas: