Les pays dirigés par des femmes ont-ils mieux réagi face à la pandémie ?

Rédaction / Article d'opinion / Blog

 Précédent
avril 16, 2020

Les pays dirigés par des femmes ont-ils mieux réagi face à la pandémie ?

Source:

Vous cherchez des exemples de véritable leadership en temps de crise ? De l’Islande à Taïwan et de l’Allemagne à la Nouvelle-Zélande, les femmes se mobilisent pour montrer au monde comment gérer de grandes difficultés. Ajoutez la Finlande, l’Islande et le Danemark, et cette pandémie révèle que les femmes savent ce qu’il faut faire en cas de crise. Beaucoup diront qu’il s’agit de petits pays, ou d’îles, ou d’autres exceptions. Mais l’Allemagne est un grand pays et un leader, tandis que le Royaume-Uni est une île et connaît un bilan très différent. Ces femmes dirigeantes nous offrent une alternative intéressante pour exercer le pouvoir. Que nous apprennent-elles ?

Vérité

Très tôt, Angela Merkel, la chancelière allemande, a calmement dit à ses compatriotes qu’il s’agissait d’un grave virus qui allait infecter jusqu’à 70% de la population. « C’est grave », a-t-elle dit, « prenez-le au sérieux ». Elle l’a fait, alors ils l’ont fait aussi. Les tests ont commencé dès le début. L’Allemagne a franchi les phases de déni, de colère et de manque de sincérité que nous avons vues ailleurs. Les chiffres du pays sont bien inférieurs à ceux de ses voisins européens, et certains signes indiquent qu’ils pourraient commencer à assouplir les restrictions assez rapidement.

Esprit de décision

Parmi les premiers et les plus rapides mouvements, celui de Tsai Ing-wen à Taïwan. En janvier, au premier signe d’une nouvelle maladie, elle a mis en place 124 mesures pour bloquer la propagation, sans avoir à recourir aux mesures de confinement qui sont devenues courantes ailleurs. Elle envoie maintenant 10 millions de masques aux États-Unis et en Europe. Tsai Ing-wen a réussi ce que CNN a qualifié de « l’une des meilleures réponses au monde », maîtrisant l’épidémie, ne signalant toujours que six décès.

Jacinda Ardern, en Nouvelle-Zélande, a été la première à indiquer clairement le niveau d’alerte maximal auquel elle soumettait le pays – et à expliquer pourquoi. Elle a imposé l’auto-isolement aux personnes entrant en Nouvelle-Zélande avec une rapidité étonnante, alors qu’il n’y avait que six cas dans tout le pays, et a interdit totalement l’entrée aux étrangers peu après. La clarté et la fermeté sauvent la Nouvelle-Zélande de la tempête. À la mi-avril, ils n’avaient subi que quatre décès, et là où d’autres pays parlent de lever les restrictions, Jacinda Ardern les renforce, en plaçant tous les Néo-Zélandais rentrant au pays en quarantaine dans des lieux désignés pendant 14 jours.

Cliquez ici pour lire l’article publié par Forbes le 16 avril 2020.


Focus areas: