Résumé de discussion en ligne sur les programmes de mentorat pour soutenir les candidates et les députées élues

Sommaires de discussion

 Précédent
août 29, 2014

Résumé de discussion en ligne sur les programmes de mentorat pour soutenir les candidates et les députées élues

A platform for change-Mentoring-Cherie Blair Foundation

 

Résumé de discussion en ligne sur les programmes de mentorat pour soutenir les candidates et les députées élues 

 

 

iKNOW Politics a organisé un débat en ligne sur les programmes de mentorat pour soutenir les candidates et les députées élues.  Nous avons reçu des commentaires de plusieurs pays, dont l'Australie, le Canada, l'Équateur, l'Inde, le Timor orient al, la Tunisie, les Etats-Unis et des pays de Afrique de l'Ouest. La discussion a eu lieu entre le 6 Juin et le 20 Juillet 2014.


Message de lancement de la discussion:

"A chaque fois que je me demande quel est l’élément manquant entre un homme d'affaires prometteur et un homme d’affaires prospère, le mentorat me vient à l'esprit ; si vous cherchez à vous frayer un chemin dans les affaires, essayer de vous trouver un mentor. Si vous êtes en mesure de partager les compétences que vous avez acquises, donnent quelque chose en retour en devenant un mentor vous-même. "  PDG du groupe Virgin

 

Dans le secteur privé, les programmes de mentorat se sont révélés efficaces  pour créer une nouvelle génération de dirigeants. Le secteur public s’est inspiré de ce succès et a suivi en organisant ses propres programmes de mentorat. Certains parlements ont suivi en offrant des programmes de mentorat pour les nouveaux députés ou des programmes qui permettent aux personnes de suivre leur député dans leur quotidien afin de mieux comprendre le travail du Parlement , de ces députés en particulier et de leur circonscription, comme au Royaume-Uni.

 

Vu la complexité du travail du Parlement, les candidats et les nouveaux parlementaires sont désireux de recevoir des conseils de ceux qui ont déjà une expérience concernant certaines questions. Des programmes de mentorat ont donc été organisés au niveau national et régional. Au niveau national, les parlements explorent de nouvelles façons de guider les jeunes députés à travers les structures complexes du Parlement. Au niveau régional, les parlements proposent des projets de mentorat qui ne se limitent pas aux visites de voyage d’études traditionnelles.  En effet, ces projets de mentorat passent par les réseaux en ligne et une collaboration intensive entre les parlementaires.

 

Q1: Avez-vous déjà fait partie d'un programme de mentorat (comme mentor ou mentorée) ? Si oui, pourriez-vous partager avec nous vos expériences ?

 

Q2: Connaissez-vous des projets de mentorat ciblant les femmes candidates et les femmes parlementaires qui ont eu du succès. Veuillez expliquer pourquoi ces projets ont eu du succès ?

 

Q3: Les réunions « en personne » sont-elles essentielles pour qu'un programme de mentorat soit dit "efficace" ou  le mentorat en ligne pourrait-il être tout aussi efficace?

 

Vous trouverez ci-dessous un résumé de la discussion. Pour lire tous les commentaires, veuillez cliquer ici.

 

L’Australie

Le programme de mentorat de la Liste d’EMILY d’Australie apparie des femmes candidates qui ont reçu l’appui du Parti travailliste Australien avec des militantes expérimentées, des membres du Parlement ou d’ex membres du Parlement. Le programme est en cours depuis près de 18 ans et  a assigné environ 350 femmes candidates à des mentors. Les mentors offrent des conseils, un soutien, un accès aux ressources et à des contacts, et parfois une assistance sur le terrain pendant les campagnes électorales. Le programme de mentorat dure le temps de la campagne, mais souvent le mentorat continue quand les femmes se font élire ou si elles perdent les élections (dans ce cas-là le mentor offre un soutien à la candidate et l’encourage quand le moment venu pour qu’elle se présente de nouveau). Le programme de mentorat est évalué après chaque élection et il en ressort qu’il est l'un des meilleurs soutient offert par la Liste d’EMILY. En réponse à la question « peut-il être effectuée en ligne » - L'Australie est un vaste pays et lors d’élections fédérales, les dyades sont parfois  créées entre provinces, par conséquent le mentorat se passe par e-mail, par téléphone et parfois maintenant par Skype. Et malgré l’aspect virtuel, cela semble fonctionner.

Le Canada

Pendant la période pré-électorale (municipale), des politiciennes, ayant de nombreuses années d’expérience, accompagnent des groupes de candidates dans le cadre de ce que l’on terme « des cercles de co-développement », comprenant chacun entre 4 et 6 femmes. Compte tenu de l'éloignement géographique des participantes (réparties dans les quatre coins du Québec), tout se fait à distance par téléconférences (d’une durée de 1h30 environ) toutes les deux semaines. De plus, chaque groupe a également une page Facebook uniquement accessible qu’aux membres du groupe. Les réunions virtuelles se tiennent quotidiennes sur cette page. Les membres signent un accord de confidentialité. Ces cercles ont connus une très grande réussite et même si toutes les candidates n’ont été élus maires ou conseillères municipales, elles ont toutes bénéficié de ces échanges.

L’Equateur

La commission nationale de l'Équateur sur les organisations politiques, EMB, parraine des réunions et des rencontres avec des candidates et  des fonctionnaires dans le but qu’elles partagent leurs expériences avec les nouvelles candidates aux dernières élections (Février 2014).  Grace au site www.vototransparente.ec, des forums et des débats virtuels (appelés citoyenneté participative pour relier l'information à des questions spécifiques) sont créés quotidiennement. En Juillet 2014, l'Équateur a officiellement lancé le Réseau de Citoyenneté Participative virtuel (www.vototransparente.ec). Un mentor n'est pas un guide spirituel, une mère ou un père, mais est une personne qui, de par son expérience, apporte son soutien aux personnes qui suivent leurs parcours professionnels ou scolaire afin de développer  leurs potentiels et leurs compétences, et une convergence des connaissances et des pratiques. Le mentorat est possible soit en personne soit virtuellement.

L’Inde

L' Institut Indien de Management du Bangalore organise la «India Women In Leadership Program". 26 femmes de différents pays y participent. Elles assistent à des conférences sur les politiques, le développement de la personnalité, la gestion du temps et les dangers. Elles prennent aussi part à des visites de terrain. Grâce à ce programme, les mentorées acquièrent une expérience pratique de ce que c’est d’être une députée par des séances de simulation pour comprendre les débats parlementaires au Lok Sabha. Certaines participantes à ce programme maintiennent que la réunion «en personne» n’est peut-être pas essentielle pour que plus de femmes participent, mais elle est plus efficace que le mentorat en ligne.

Le Timor Oriental           

Le mentorat par consultations en « tête à tête » ou par des réunions permet aux mentorées de donner libre cours à son imagination et ses projets, et donne l'occasion aux mentors de partager leurs idées et leurs conseils basés sur leur expérience dans l'élaboration de politiques, la facilitation, le plaidoyer et le « networking ». Une telle collaboration entre les politiciennes a été la clé dans l'adoption de la loi contre la violence domestique en 2010 et la construction d'un consensus national pour dispenser une éducation sexuelle adaptée à l'âge dans les écoles comme moyen pour améliorer la santé reproductive et réduire les grossesses chez les adolescentes. Bien sûr, il y avait d'autres facteurs et acteurs qui ont contribué à ces résultats positifs, mais ce genre de mentorat offre aux nouvelles candidates un espace où valider leurs idées et  acquérir plus de confiance en elles.

La Tunisie

Entretien d'iKNOW Politics avec Ikram Ben Said, fondatrice et présidente de Aswat Nisa (Voix de femmes) pendant le déjeuner Madeleine Albright de 2014 organisé par le NDI au cours duquel Aswat Nisa a reçu le prix-« Madeleine Albright Grant » pour son projet « L'Académie politique pour les femmes». Pour regarder la vidéo, veuillez cliquer ici.

Les Etats-Unis

Un programme de formation d’une durée de 7 mois existe pour les femmes candidates en Californie. Ce programme est appelé Emerge California. C’est une des  filiales d’Emerge Amérique, avec plusieurs filiales dans plus d'une douzaine d’états. Emerge CA propose un service aux diplômés du programme leur permettant de consulter et demander conseil à un groupe d'experts dans le domaine politique à tout moment, soit pendant ou après avoir terminé la formation. Le groupe est appelé «Equipe Consultative de Campagne," ou "CAT" pour faire court. Les réunions sont confidentielles et les experts abordent de différents sujets tels que les collectes de fonds, les sondages, les lois concernant les campagnes électorales, et la stratégie globale. Quel que soit le renseignement voulu par le membre du programme, il peut se tourner vers l’équipe. Les membres peuvent demander conseils concernant leur candidature, au cours d'une campagne, ou après avoir perdu pour déterminer les prochaines étapes (ou toute combinaison de ces éléments). Bien que ce service diffère légèrement du mentorat typique, de nombreux diplômés d’Emerge CA disent cette ressource être leur aspect le plus apprécié du programme. Il ne semble pas y avoir de différence qualitative entre les réunions qui se déroulent en personne et les conférences téléphoniques.

L’Afrique de l’Ouest

Il n’existe pas de programmes formels de mentorat en Afrique de l'Ouest. Néanmoins, il existe des formations et des ateliers offerts aux femmes qui songent à une carrière politique. Cela dit, le mentorat informel, une manière subtile permettant aux mentors d’être très discrets, est plus commun.

Nous tenons à remercier sincèrement tous les participants pour leur contribution à ce forum.

Photo-A Platform for change-Cherie Blair Foundation

Type de ressource: 
Editeur: 
iKNOW Politics
Année de publication: 
2014