La violence faite aux femmes en politique, un danger croissant pour la démocratie

Videos

La violence faite aux femmes en politique, un danger croissant pour la démocratie

La violence faîte aux femmes en politique constitue un danger croissant pour la démocratie. Le sexisme, le harcèlement et les attaques sont utilisés comme instruments pour réduire au silence et discréditer les femmes dirigeantes, y compris les candidates, et les décourager ainsi de participer à la vie publique et de développer leur carrière politique. Selon une étude menée par l'Union Interparlementaire, plus de 44 % des femmes parlementaires intérrogées ont reçu des menaces de mort, de viol, de passage à tabac et/ou d'enlèvement au cours de leur mandat. Par ailleurs, 80% des femmes parlementaires qui ont participé à l'enquête affirment avoir souffert des violences psychologiques dans le cadre de leurs fonctions.

Dans cette vidéo, nous avons demandé à des femmes dirigentes leur avis sur l'impact de la violence faite aux femmes en politique et les solutions qu'elles proposent pour que l'espace politique soit sûr pour toutes les femmes. Parmis celles-ci: 

  • Mabel Chinomona, Présidente du Sénat (Zimbabwe),
  • Claudia Roth, Vice-présidente du Bundestag (Allemagne),
  • Tone Wilhelmsen Troen, porte-parole du Parlement (Norvège),
  • Mmatlala Grace Boroto, membre du Parlement (Afrique du Sud)
  • Eliane Tillieux, Présidente du Parlement (Belgique).

Violence Against Women In Politics, a growing danger for democracy

Type de ressource: 
Focus areas: 
Partenaire: 
Inter-Parliamentary Union
UNDP
International Institute for Democracy and Electoral Assistance (International IDEA)