Algérie: Bédoui veut améliorer les compétences des femmes élues

Nouvelles des partenaires

 Précédent

Algérie: Bédoui veut améliorer les compétences des femmes élues

Par Houria Alioua

Il s’agit d’une mise à jour accélérée des connaissances et compétences des femmes politiques de la région dans le cadre du programme de coopération liant le gouvernement algérien à l’«ONU Femmes», avec le concours financier du gouvernement belge, a précisé Mme Imane Hayef, coordinatrice de cette entité onusienne pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes en Algérie. Mais encore faudrait-il que ces dernières veuillent bien se former, car au vu de la salle quasi vide, hormis des élues de la wilaya de Ouargla, cette formation ne semble pas avoir convaincu les élues de Oued Souf de parcourir les 300 km qui les séparent de Ouargla.

Représentation politique au féminin

Lancées par le wali de Ouargla, qui a convié quatre de ses prédécesseurs à cette cérémonie d’ouverture organisée à la veille des festivités du soulèvement populaire du 27 février 1962 et de l’hommage public que la wilaya de Ouargla s’apprête à rendre à ses anciens walis par la baptisation de quatre salles en leurs noms, les travaux de cette formation se focalisent et sont réfléchis autour du renforcement du  leadership des femmes et leur participation à la vie politique, notamment par une aide axée sur les moyens de construire et animer une campagne électorale, le leadership politique et le management. L’objectif est d’améliorer la représentation des femmes dans les prochaines assemblées élues, consolider l’équité et l’égalité des deux sexes dans le domaine politique par la proportion des sièges au parlement et dans les Assemblées populaires communales et de wilaya occupés par des femmes et de  mettre en position ces dernières dans les projets de développement durable. Les élues de Ouargla et d’El Oued, désireuses d’effectuer de nouveaux mandats électoraux, bénéficieront donc, à l’instar de celles d’Alger, Oran et Sétif, qui ont regroupé des femmes politiques du Centre de l’Ouest et de l’Est, d’une mise à jour en matière de management politique.

Manque d’engouement au sud

Fatiha Hamrit, directrice de la gouvernance locale au ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales, a, pour sa part, souligné que le ministre de l’Intérieur suivait avec intérêt la mise en œuvre du programme de renforcement des capacités politiques des femmes à travers le pays et que la promotion des droits de la femme, notamment politiques, constitue pour l’Etat algérien une question fondamentale et essentielle au regard des textes législatifs et des réformes entreprises dans le sens d’améliorer la place et le rôle de la femme dans la société algérienne et témoignent d’une volonté de consécration des droits de la femme, a-t-elle souligné, ajoutant qu’il existe en Algérie une ferme volonté de donner à la femme une place de choix dans la vie publique et une égalité consacrée entre les deux sexes avec un arsenal législatif complet, un système des quotas affectant un taux de 30% au minimum aux femmes pour l’obtention de postes supérieurs au niveau des institutions de l’administration publique, des entreprises publiques et privées et un encouragement sans faille à la promotion du rôle sociétal, politique et économique de la femme, consacrant ainsi une avancée notable en termes d’autonomisation et d’amélioration de ses conditions socio-professionnelles, mais aussi une présence accrue au sein des assemblées élues au niveau national et local.

Ainsi, pour la directrice de la gouvernance locale au ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales qui soulignait la faiblesse de la présence des élues des wilayas de Ouargla et El Oued dans la salle, alors que la formation prévoyait 160 places, des objectifs stratégiques attendent ces dernières appelées à acquérir la capacité de plaider pour des projets et la force de proposer ainsi que les techniques de communication positives et d’animation de campagnes électorales.

Source: El Watan

Région: 
Partenaire: 
ONU Femmes
Focus areas: