Canada: Québec: La parité avant 2050

À la une

 Précédent

Canada: Québec: La parité avant 2050

La patience et la méthode douce ont des limites. La ministre de la Condition féminine, Christine St-Pierre, doit l'admettre et légiférer pour accroître le nombre de femmes aux conseils d'administration des grandes entreprises privées. Le Québec doit franchir cet autre pas menant vers la parité hommes-femmes. La fixation de quotas rebute, même d'ardentes féministes. Les quotas peuvent en effet laisser supposer que la femme nommée à un poste l'a été parce qu'elle est une femme et non parce qu'elle possède les compétences, l'expérience et les qualités requises pour réaliser le travail. Il est néanmoins possible de forcer la main des organisations récalcitrantes sans recourir à de rigides quotas et sans affecter la bonne gouvernance. Dommage que la ministre St-Pierre, dans ce dossier comme dans celui de la protection de la langue française, adopte une position attentiste et compte sur une volonté de changement qui tarde toujours à se manifester. Son attitude est d'autant plus navrante qu'elle freine un mouvement lancé par son gouvernement. Le chef libéral Jean Charest a instauré une parité hommes-femmes au sein du Conseil des ministres. C'est aussi le gouvernement libéral qui a adopté en 2006 une loi imposant la parité aux conseils d'administration des grandes sociétés d'État.

 

 

Pour plus d'informations, veuillez visiter le site web de Cyberpresse

Informations: 
Région: 
Thèmes: