Les femmes et la politique : dépassons l'essentialisme

À la une

 Précédent

Les femmes et la politique : dépassons l'essentialisme

Deux grandes approches s' opposent aujourd'hui sur la question dite du « genre » : d'une part, les perspectives « différentialistes », qui postulent l'existence de différences innées entre les sexes sur le plan des comportements, des préférences et des aptitudes. D'autre part, les courants « constructivistes », qui avancent l'idée d'une construction sociale des catégories de « féminin » et de « masculin ». Si, pour les différentialistes, le genre et le sexe sont une seule et même chose – les normes du féminin et du masculin écouleraient naturellement du sexe biologique –, les constructivistes refusent tout essentialisme et penchent plutôt pour l'hypothèse très beauvarienne selon laquelle « on ne naît pas femme, on le devient ». Selon cette conception, les clichés sur le genre seraient produits et reproduits par l'éducation et la socialisation.

Lire l'article publié le 7 mars 2014

Informations: 
Région: