Plus de femmes, plus d’argent pour les partis de Québéc

À la une

 Précédent

Plus de femmes, plus d’argent pour les partis de Québéc

Les partis politiques qui feront élire au moins 40 % de femmes aux élections obtiendront plus d’argent, promet l’aspirant-chef péquiste Alexandre Cloutier.

Pour tendre vers la parité entre les femmes et les hommes en politique, le député de Lac-Saint-Jean mise sur un inci­tatif financier.

Il s’engage à bonifier de 15 % l’allocation versée par le Directeur général des élections aux formations politiques. Selon lui, la carotte est préférable au bâton. «Ça prend un incitatif pour y arriver, l’argent, inévitablement, aide à changer les comportements», soutient le candidat à la chefferie du Parti québécois en entrevue avec notre Bureau parlementaire.

Ce bonus n’est pas négligeable puisque les partis politiques sont maintenant en grande partie financés par l’État. L’allocation annuelle versée aux partis est calculée en fonction du pourcentage de votes obtenus aux dernières élections générales.

En 2015, le Parti libéral du Québec a reçu 3,8 millions $ du DGEQ. Un peu plus de 2,3 millions $ ont été versés au PQ, 2,1 millions $ à la Coalition Avenir Québec et 700 000 $ à Québec solidaire.

Sous-représentées

Le Parti québécois a adopté une résolution en faveur de la parité au Conseil des ministres. Mais pour y arriver, les femmes doivent occuper une place plus importante au sein des instances du parti, plaide Alexandre Cloutier.

À l’heure actuelle, la gent féminine est sous-représentée dans les instances du PQ. Les femmes n’assument que 26 % des présidences de circonscription et 23 % des présidences de région.

Le Jeannois souhaite que les exécutifs locaux, régionaux et nationaux soient composés d’au moins 40 % de femmes.

«La seule façon d’arriver avec de la parité au Conseil des ministres, c’est d’avoir aussi une parité chez nos élus et dans nos candidatures», insiste-t-il.

Source : Le Journal de Québéc

Informations: 
Région: 
Focus areas: