Recensement présidentielle: #MeToo politique lance un observatoire des violences sexistes et sexuelles

À la une

 Précédent

Recensement présidentielle: #MeToo politique lance un observatoire des violences sexistes et sexuelles

Source:

Alice Coffin (à gauche), conseillère écologiste de Paris et Sylvia Casalino (à droite), ingénieure en aérospatiale, lors d'une manifestation #MeToo Politique, le 25 novembre à Paris. (Cha Gonzalez/Libération)

Née dans la foulée de la prise de parole de dizaines d’élues et de militantes qui dénoncent un milieu politique hostile aux femmes, l’initiative se pérennise et vise à recenser et soutenir les victimes.

L’heure du bilan a (presque) déjà sonné. Du haut de ses quelques mois d’existence, l’initiative #MeTooPolitique – lancée en novembre – regarde dans le rétro autant qu’elle se projette. Et les premiers mots de la militante féministe Alice Coffin, figure de proue du mouvement, ne sont guère optimistes. «La situation s’est très lourdement aggravée depuis l’automne», lâche l’élue écologiste de Paris, en préambule d’une conférence de presse organisée lundi à la Cité audacieuse, un lieu dédié aux femmes dans le VIe arrondissement de Paris. Elle déplore «des conséquences toxiques pour la vie politique française».

Cliquez ici pour lire larticle publié par Libération , le 22 février 2022.

Informations: 
Région: 
Focus areas: