Taïwan: une île progressiste, mais une campagne électorale minée par le sexisme

À la une

 Précédent

Taïwan: une île progressiste, mais une campagne électorale minée par le sexisme

Source:

Taïwan passe pour l'une des démocraties les plus progressistes d'Asie, avec notamment beaucoup plus de femmes dans son Parlement que dans ceux des autres pays de la région. Mais la campagne présidentielle n'en est pas moins plombée par la misogynie.

Bien plus que leurs collègues masculins, les femmes politiques de l'île sont depuis plusieurs mois la cible d'insultes personnelles et de commentaires sexistes liés notamment à leur physique.

A commencer par la plus connue d'entre elles, la présidente Tsai Ing-wen, 63 ans, qui briguera le 11 janvier un deuxième mandat.

Comme lors des précédentes campagnes, elle a été maintes fois attaquée sur le fait qu'elle n'a ni époux ni enfant.

Le président du Kuomintang (KMT, opposition), Wu Den-yih, a récemment employé un terme argotique pour qualifier Mme Tsai de "femme malchanceuse" qui avait apporté le malheur à son peuple.

Le candidat du KMT à la présidence, Han Kuo-yu, 62 ans, a quant à lui fait référence à deux célèbres personnages d'un vieux roman érotique chinois en évoquant Mme Tsai et son colistier.

Cliquez ici pour lire l’article publié par People Daily le 27 décembre 2019.

Informations: 
Région: 
Focus areas: