Sylvie Goulard : "La classe politique impose aux autres ce qu’elle ne veut pas s’appliquer à elle-même"

À la une

 Précédent

Sylvie Goulard : "La classe politique impose aux autres ce qu’elle ne veut pas s’appliquer à elle-même"

Sylvie Goulard

Photo-Photo presse

La future Commission européenne ne devrait comporter qu'un tiers de femmes sur ses 28 membres. L'eurodéputée Sylvie Goulard dénonce l'hypocrisie des pays qui adoptent des lois de quotas de femmes en entreprise mais rechignent à en faire leurs candidates. 

Seulement neuf femmes sur vingt-huit commissaires à la tête de l’Union Européenne (UE). Avec ce tiers laborieux, la nouvelle Commission européenne n’est pas égalitaire, pour sûr. Mais la catastrophe a été évitée de justesse : il y a encore une semaine, elles n’étaient que quatre à avoir été présentées parmi tous les candidats des pays membres. Il a fallu que le Parlement européen menace de ne pas valider la nouvelle Commission lors du vote d’investiture et que Jean-Claude Juncker, futur président de la Commission européenne, implore les chefs d’Etat pour obtenir des efforts. Les meubles sont sauvés : neuf femmes, c’est autant que la précédente Commission. On ne régresse… ni ne progresse. 

Pour l'article publié le 05 Septembre 2014, veuillez cliquer ici.

Informations: